Cour-Cheverny et son histoire

On attribue l'origine du nom de Cour-Cheverny au bas latin « curtis » signifiant cour dans son sens primitif.  D'aucuns estiment que cette appellation indiquerait l'existence d'une ferme ou d'un domaine rural suffisamment imposant pour être une référence topographique, bien distincte de Cheverny.

Commémoration de l'armistice du 11 novembre 1918, le 11 novembre 2014, par les enfants de Cour-Cheverny

Le Monument aux morts de Cour-Cheverny

Un peu d'histoire



Le nom a connu une évolution au cours des siècles, passant de Cour ou Court à Cour-en-Sologne, Courchiverny, Cour-Chiverny ou Cour-les-Cheverny, pour se stabiliser aux XVIIIe et XIXe siècles en Cour-Cheverny, le suffixe Cheverny permettant de situer la paroisse de Cour et de la distinguer d'autres lieux au nom proche comme Cour-sur-Loire.

*Dom L.H. Cottineau cite Cour-Cheverny comme « curia juxta Cheverneium, vel in Sigalonia ». Littré définit le terme de « cour » comme étant un « domaine rural » ou un « terrain enfermé de murs et à découvert qui fait partie d'une habitation et de ses commodités (c'est ici le tout pris pour la partie : l'ancienne court comprenant le logis, la cour, la basse-cour et les terres d'exploitation) ».

La place Victor Hugo

L'installation humaine

Le service régional de l'archéologie a référencé un certain nombre de lieux-dits de la commune possédant des traces ou vestiges gaulois ou gallo-romains. Ainsi en est-il du Vivier, au nord de Cour-Cheverny près de la rivière du Beuvron (dont le nom viendrait de castor (bièvre) d'où rivière aux castors). Le Vivier serait un établissement rural gallo-romain où des monnaies (gauloises, gallo-romaines, carolingiennes) ont été signalées.

Précédemment, E.C. Florance, au début du XXe siècle, a référencé les mottes et enceintes gauloises visibles à Cour-Cheverny : à Pontchardon, à Sérigny, au Donjon (parcelle cadastrée au bord du Conon, en limite avec la propriété du château de Cheverny).

La motte du Donjon, de forme circulaire de 60 m de diamètre, est celle qui a entraîné le plus d'interrogations du fait de ce nom bien mystérieux. "La butte", couverte par une épaisse pelouse, ne laisse voir aucune trace de constructions. Cependant elle a porté autrefois un donjon. Voici ce qu'en dit M. le Baron de Fougères* : " Avant la famille Hurault, qui l'a possédé longtemps, Cour avait eu des seigneurs dont on ignore le nom. On sait seulement qu'ils y possédaient un château sur la rive droite du [Conon]. Le chancelier Hurault, devenu propriétaire de ce château, le fit démolir et les pierres en provenant furent employées à la construction du château de Cheverny. »